23 mai 2014

Le Couvent des Minimes, Alpes de Haute Provence

Jolie découverte pour le premier mai, nous avons pu profiter d'une offre spéciale "réouverture après travaux", pour un WE d'exception.  

Le Couvent des Minimes

Album PHOTOS ICI

IMG_2345

Le couvent a été fondé au 17 ème siècle en 1613, au pied du village de Mane. Il a hébergé les Frères Minimes. L'ordre des Minimes ( c'est à dire "les plus petits dans la maison de Dieu) est, à l'origine, un institut religieux d'ermites mendiants et pénitents, fondé en 1493 par St François de Paule, un ermite italien.

Les frères suivaient des principes de vie très stricts, chaussures ouvertes en toute saison, tunique de drap noir et scapulaire à capuchon rond, serrés par un cordon de laine noire à 5 noeuds. Ils pratiquaient le jeûne et une abstinence perpétuelle de tous produits animaliers, lait et oeufs compris. Seuls leur étaient autorisés, l'eau, l'huile, le pain, les légumes et les fruits.

C'est ainsi que les Frères Minimes aménagèrent des terrasses autour du couvent pour produire les produits nécessaires à leur survie. Le couvent se transforma en 1862 en maison pour personnes âgées et pauvres. De 1909 à 1999, le couvent vécu au rythme de la communauté des Franciscaines missionnaires de Marie. 

Entre leurs missions à l’étranger, ces femmes cultivèrent la terre fertile entourant le couvent et enrichirent les cultures initiées par les Frères Minimes avec des arbres fruitiers, des vignes, des champs de céréales ou des ruches : elles ont même mis en place une ferme modèle que les agriculteurs de la région venaient visiter et élevaient aussi poules, lapins, cochons ou vaches. Ces cultures leurs permettaient de pourvoir à l’alimentation des pensionnaires de la maison et au rétablissement des Missionnaires revenant des pays tropicaux pour refaire leurs forces.

En 1999, trop peu nombreuses pour s'occuper du couvent, elles partent vers d'autres communautés en France et à l'étranger pour poursuivre leur mission auprès des plus démunis.

Source: Wikipédia et site créé par l'Occitane

IMG_2387

Ne cherchez pas pourquoi, dans un tel lieu, la sérénité, le calme, le silence même...s'imposent à chacun. Déambuler dans les jardins est un plaisir teinté d'émotion si l'on pense aux nombreux dos arcboutés sur l'outil qui les ont sculptés. 

Le personnel féminin est chaussé exclusivement de ballerines, pas de talons qui claquent sur les dalles en pierre. Et puisque je mentionne l'habit du personnel...les petites robes pastel trois trous sont sobres et élégantes.

L'accueil est bien réglé, on sent tout de suite que l'on peut laisser les rênes, au personnel: "ça va bien se passer"!.

 

IMG_2337

Le service de chambre est efficace, incroyablement discret et très attentionné: une petite pensée différente chaque soir, pliée et liée avec un raphia est déposée sur l'oreiller.

Le spa l'Occitane est chaleureux, correctement dimensionné par rapport au nombre de résidents. Il est propre, convivial et bien équipé.

La piscine intérieure à jets donne sur une baie vitrée par laquelle on voit la piscine extérieure et la nature...

IMG_2340

 

La boutique l'Occitane est propice à la flânerie...difficile de ne pas s'offrir une lotion, un savon ou un lait délicatement parfumés dont les échantillons sont présents dans les chambres en format sympathique. Pour transpirer un peu plus: salle de fitness, piste de boules, un tennis, une piscine d'extérieur...

Ce lieu est habité, c'est évident.

En 2004, l'Occitane, spécialiste de cosmétique naturelle, crée la marque "Le Couvent des Minimes". En 2005, le groupe s'investit un peu plus dans la conservation du patrimoine régional en participant au rachat du couvent des Minimes.

La pierre est présente partout, elle donne au lieu son cachet, mais aussi, un fond de simplicité, d'austérité et d'éternité...songez...on est là dans un endroit qui a hébergé des hommes et des femmes pendant plus d'un demi siècle. La décoration est superbe, enfin, je devrai plutôt dire qu'elle me plaît beaucoup.

IMG_2361

Les matières sont belles, le confort, la douceur des teintes, l'esthétique travaillée sans esbrouffe. Comment expliquer que, oui, on est dans le luxe, mais sans tape à l'oeil, sans bling-bling ni chichis. Je me suis sentie accueillie, respectée, choyée.

Aujourd'hui, Fabien et Valérie Piacentino sont aux commandes de cet hôtel spa, récemment renové, depuis début 2013. Ils se sont dotés d'un jeune chef remarquable: Jérôme ROY, dont voici une partie du parcours:

                                                       -Chef de cuisine à l' Hôtel Sezz à Saint Tropez ...où il a eu la bonne idée de rencontrer un poissonnier qui lui livre une lotte à se damner au Couvent des Minimes

                                                       -Chef de cuisine à l'Hôtel Lotte  Séoul, Corée du Sud

                                                       -Chef de cuisine Ouverture du Restaurant Pierre Gagnaire l' Hôtel des airelles à Courchevel, 2 étoiles au Michelin. Quand on connaît la générosité et la passion de la transmission de Pierre Gagnaire, on devine que Jérôme Roy a dû biberonner un sacré savoir faire.

                                                       -Chef de cuisine chez  Troisgros  à Roanne

                                                       -Chef de partie chez Thierry Marx au Château cordeillan Bages dont les cuisines sont aujourd'hui sous la houlette de Jean-Luc Rocha, meilleur ouvrier de France en 2007.

Pourquoi vous détailler autant le parcours professionnel de Jérôme Roy?, parce qu'il signe ce que ce chef est en train de devenir: un chef ouvert, sensible, curieux, attaché à la tradition et pétri de modernité, et très certainement exigeant et doué.

Une étoile* pourrait bien briller  au Couvent des minimes dans les 2 années qui viennent...et si vous suivez mon blog , vous savez que je fais rarement ce genre de prédiction, et quand je les fais...voir  ICI

Le chef est venu nous voir en fin de repas, quand je lui dis que sa lotte est une pure merveille, il fait glisser le compliment sur son fournisseur et sur sa brigade, "faîte de très bons éléments" dit-il. Conscient et fier du travail de son équipe, il reste humble, et ça c'est remarquable.

Notre dîner au bistrot Pesquier le premier soir nous a conquis: une mise en bouche surprenante, avec du pain de campagne délicieux et de l'huile d'olive, la simplicité et l'excellence du produit sont au programme.

Quand les artichauts passent dans la poêle, ils deviennent chez Jérôme Roy un mets d'une fraîcheur et d'une saveur rares. C'est décidé, nous allons pousser la découverte, côté restaurant gastronomique "Le cloître" le lendemain.

Le menu est présenté de façon très nouvelle pour moi: sous chaque ingrédient phare du plat, se trouve la liste de tous ceux qui se retrouvent dans l'assiette: voir la carte ICI

 Un ange s'est occupé de la météo ce week end là, le ciel était celui de la provence, bleu profond.

Le couvent des Minimes

Chemin des jeux de maï   04300 Mane

04 92 74 77 77

Osez une escapade au paradis...


Commentaires

  • Autour d une bonne table nous échangeons sur la table et la gastronomie de notre hexagone les convives dont un vient de Melbourne nous faisons le toueR du monde !

    Posté par Vignes 69, 24 mai 2014 à 22:07
Nouveau commentaire